Angoulême Jour 2

Samedi matin… Pas trop motivé au départ pour refaire une journée à rester debout et seul, Anne ne pouvant m’accompagner comme prévu. Mais bon, en fin de matinée, je suis sur la route et « Angoulême me voilà ! »

A peine la voiture garée, je monte dans le bus en direction du centre ville. Déjà, il y a du monde et on s’entasse dans le bus comme des sardines en boites. Mais ce n’est rien comparé à la marée humaine dans laquelle je dois me faufiler pour me rendre dans le monde de bulle.

Un rapide passage au pavillon nouveau monde en espérant croiser Afif KHALED (encore loupé) et me voilà dans la bulle de Soleil. Oups ! Et oui, après un espace lumineux et aéré, je suis passé dans le coté obscur de la bulle… Et je suis face à un mur humain :

Après un quart d’heure à piétiner sur place, je repère un gars derrière les stands de vente (facile, il donne des ordres aux petits jeunes et boit du café) et je tente ma chance. Je donne le nom de la personne qui gère l’évènementiel à Soleil et je lui demande si je peux la voir. Il me dit qu’elle est partie manger mais qu’il peut laisser un message. Je lui laisse quelques dossier (ben, oui, je suis professionnel jusqu’au bout) et lui demande d’en remettre un à Peynet.

Je retourne dans l’autre bulle et m’installe dans la file d’Arthur de Pins. Souvenez-vous, hier je l’avais abandonnée car je trouvais que ça n’avançait pas. Aujourd’hui le nombre de personnes a doublé !! Il n’est que 13h50, et il ne doit être là qu’à 15H00 !! Mais je tiens bon (malgré une légère agoraphobie ) et je fais la causette avec une italienne qui compare Angoulême avec un festival de BD italien (mais dont je ne me souviens pas du nom… mais c’est pas loin de Florence)

15h00 : Arthur de Pins et Maïa Mazaurette entrent en scène. Estomaqués devant la foule en délire, ils nous prennent en photo. Un boy de chez Fluide coupe la file et nous indique qu’Arthur fera des crayonnés en guise de dédicaces.

Vers 16H00, je suis enfin en face de lui. Je lui tends mon « artbook » et il me le dédicace et sans que je lui ai précisé une envie particulière, il me fait une petite Wonder Woman. C’est ce que je souhaitais, je suis aux anges.

Et voilà le travail !

Juste pour dire, à coté, y avait Lefred-Thouron qui dédicaçait

Bon, après ça, j’ai tenté de retourner dans le para-bd pour choper Vatine… Après une demie-heure de queue j’étais encore dehors ! Et j’ai lâchement abandonné.

Promis, demain, je vous raconte le dimanche un peu plus costaud en dédicaces et en rencontres.

Publicités

Festival d’Angoulême 2009- Jour 1

Vendredi 30 janvier 2009.

9H30 : Je m’apprête à partir de la maison quand je réalise que je n’ai pas préparé les BD à faire dédicacer . Une erreur qui me coutera une bonne demie-heure de retard sur mon planning. Objectif de la journée : distribuer le dossier de présentation de l’expo BD à l’Abbaye 2009

Il est déjà 11h00 et je ne trouve pas de place pour me garer. Ido et Emmanuel m’ont déjà appelé plusieurs fois. Je rate de peu le rendez vous avec Romain Hugault. Ce ne sera que partie remise.

Par contre j’arrive à glisser un dossier pour l’expo BD à Didier Crisse sur le stand attakus et à récupérer des coordonnées. Je compte revenir pour Pierre Alary et Olivier Vatine plus tard. Emmanuel discute avec Tiburce Oger. Je les rejoins et nous posons une date pour une séance à Melle.

Après, c’est un passage rapide chez JF Charles et sa femme, et une vaine tentative auprès de Loisel qui me rappelle qu’aujourd’hui il vit au canada.

Alors que nous déjeunons, C.B. Cebulski entre dans le resto. J’en profite pour me faire tirer le portrait avec l’étoile montante des scénaristes de comics.

Je retrouve Ju & Ido. Nous faisons le point sur les auteurs que nous souhaitions voir. Nous abandonnons la file d’Arthur de Pins (j’y retournerai demain) et nous allons dans Angoulême. On se sépare à l’Hotel de Ville.

L’après midi, je navigue entre le « Nouveau Monde » en espérant croiser Afif KHALED que j’ai croisé ce matin pour qu’il me présente à ses collègues du Café Creed (je laisse quelques dossiers sur place) et le para-bd où Pierre Alary se fait attendre.

Près de l’Hôtel de ville, je crois les personnages de « Capes et de Crocs »

Il est 18h30 passé et toujours pas d’Alary et de Vatine. Ce dernier est annoncé demain au même horaires. Je tenterai ma chance. Je fais un tour dans le stand soleil. Il y a un monde fou et un concert de Bruce Springsteen sur écran géant. Mais le son est aussi fort qu’au Parc des Princes. Je tape la causette à un gars de chez panini comics sur leurs produits dérivés et je retrouve (non sans mal) ma voiture.

A demain pour la suite.