Les dossiers BD # février 2010

Au menu de ce mois, Dieux nordiques wagnériens par Alex Alice, voyage dans les limbes avec CB Buleski et Giuseppe Camuncoli, et un tour sur Yulkukany, terre isolée et battue par les embruns avec le capitaine Enrique Fernãndez.

Très attendue, cette édition spéciale du tome 2 de Siegfried : LaWalkyrie. Du moins, c’est  mon cas. Surtout que la version régulière est sortie deux mois avant.

Résumé de l’éditeur :

La quête commence ! Siegfried l’enfant loup et Mime le Nibelung quittent le territoire de l’enfance pour s’aventurer dans un monde inconnu, depuis les ténébres de la Forêt Interdite jusqu’aux vertigineux Pics des Géants, et au-délà vers le territoire du dragon. Quand la quête initiatique, l’histoire d’amour déchirante, l’aventure merveilleuse et la pure comédie se mêlent, le récit épique prend toute sa dimension. Tandis que les dieux se déchirent, le sort de l’univers se joue dans le coeur de la Walkyrie. Avec cette flamboyante relecture de l’opéra de Wagner, Alex Alice signe la plus belle série d’Heroïc Fantasy de ces dernières années, une oeuvre rare servie par le dessin magistral de l’auteur du Troisième Testament.

Le premier tome de Siegfried m’était tombé dessus alors que je voulais commencer quelque chose de nouveau, une des visites en librairie où vous ne souhaitez pas repartir qu’avec des suites, mais découvrir quelque chose de neuf. C’était déjà une édition spéciale (avec le DVD contenant une interview d’Alex Alice et des scènes du dessin animé).

Ce second tome, toujours en édition spéciale, ne dépareille pas en qualité et en bonus : plus de 80 pages d’entretiens, de dessins, de recherche et séquences du dessin animé. On rentre de pied ferme dans l’aventure. Siegfried est un homme qui n’a plus peur, qui comprend que sa vie ne se résume pas à la clairière dans laquelle il a toujours vécu. Mime le Nibelung l’accompagne, élément comique de l’histoire mais aussi porteur des mensonges qui ont élevé Siegfried en dehors des lois d’Odin.

Ce tome 2 est un régal, avec des décors magnifiques, de l’humour (toujours penser à emporter deux enclumes lors d’un voyages dans des marais, on ne sait jamais , c’est fragile ces choses là) et Alex Alice réussi à faire passer des sentiments de façon magistrale :  je prends pour exemple les planches 66 à 69 quand Odin, doit punir sa fille, la Walkyrie…

Le blog de l’auteur : Alex Alice
Le site de l’éditeur : Dargaud

—————————————

Autre monde, autre mythologie : celle des limbes version Marvel avec X-infernus.

Résumé de l’éditeur :

Illyana Rasputine revient ! La sœur de Colossus, ancien membre des Nouveaux Mutants et Reine des Limbes, a ressuscité. La voilà aujourd’hui déterminée à récupérer son âme quel qu’en soit le prix.

La famille Raspoutine est sans doute l’une des familles Marvel qui compte le plus de résurrection (hormis la famille Grey/Summers pour laquelle c’est aussi régulier qu’une balade digestive dominicale). Donc, aujourd’hui c’est Illyana qui revient des Limbes où l’avait laissée les Young X-men.  Même si le « flocon de Neige », comme l’appelle son grand frère Collossus, est le personnage principal de l’histoire, Pixie s’en sort pas trop mal. Le dessins est agréable, l’histoire tient la route, normal c’est C.B. Cebulski, souvenez vous. C’est tout aussi bien que ce soit édité en one shot dans la collection 100% marvel, les retombées sur les séries régulières démarrant en mars avec le retour des Nouveaux Mutants (pourquoi inventer du neuf quand il s’agit de ressortir les vieux pour que ça marche). On appréciera aussi les couvertures des autres numéros US avec celles de David Finch qui se « Sylvestrise » de plus en plus.

Quelques pages chez Panini Comics

—————————————

Pour terminer, un tour à Yulkukany.

ile

Résumé de l’éditeur :

Quand une fillette tente d’apprendre à un adulte les secrets du bonheur de vivre. Un conte onirique et poétique porté par un dessin remarquable.

Yulkukany, l’île aux baleiniers. Un morceau de terre battu par les embruns, majoritairement occupé par une nature sauvage et grandiose, et ponctué de masures éparses habitées par des autochtones taciturnes et méfiants. Car nombreux sont les marins que la mer n’a pas rendus à leurs foyers… Milander Dean, géologue,débarque à Yulkukany en mission de recherche. Mais Dean cherche aussi et surtout un havre de tranquillité pour passer le temps. Seul. Un temps devenu abominablement long depuis la perte d’être chers. Un temps dont il n’a finalement plus que faire… Elianor, native de l’île, est au contraire la joie de vie incarnée. Une petite fille rêveuse, sensible, adorable comme tout, à l’imagination vive et sans limites, à la bonne humeur contagieuse. Si ce n’est que pour Dean la bonne humeur est justement une maladie. Et qu’il n’a pas l’intention de se laisser contaminer…

Elle est mignonne cette petite Eli a vouloir faire rire le torturé Milander Dean. Avec toute la fougue de la jeunesse et son imagination débordante, Eli détonne sur cette ile triste et grise, ou chacun boit un bol de soupe avant d’aller dormir. Entre conte et légende, l’histoire emmène un Dean taciturne vers un pardon qu’il sera le seul à pouvoir se donner.

Enrique Fernandez a un dessin entre traits caricaturaux et le manga, à la fois agréable et  dérangeant…

planche

Pour finir, le trailer de la BD :

Le blog de l’auteur : Enrique Fernandez
Le site de l’éditeur : Drugstore

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :